www.paillardes.com

Recherche :
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Ballade du microbe

Sur l'air de "Soldat, te souviens-tu?" de Débraux (XIXéme)

Musique : 




J'faisais l'trapèze un soir au bord du gange
Insoucieux comme un microbe enfant
Lorsqu'un mat'lot qui s'occupait d'vidange
A ma famille m'arracha triomphant
C't'affreux gabier, perdu d'intempérence
D'rhum et d'eau d'Aff quanrante jours m'arrosa
J'allai claquer lorsqu'en pays de France
Le long d'un mur, pâle il me déposa.
J'allai claquer lorsqu'en pays de France
Le long d'un mur, pâle il me déposa.

Chouette ! m'écriai-je en tombant sur mes pattes
J'ai rien d'cassé, sauvé merci mon Dieu
Après un pleur versé sur mes pénates
J'relevais le nez pour m'orienter un peu,
Toulon dormait sous la lune tranquille
J'quittais les lieux, et sans perdre un instant
J'm'en allais faire un tour en ville
Dans l'intérieur de quelques habitants

Vl'à deux mois d'ça, ma renommée est faite
J'suis l'plus pschutteux des microbes vantés
Tous les journaux tartiennt sur moi, mazette !
On m'tire au flanc dans toutes les Facultés
Comme un vainqueur qui s'est couvert de gloire
J'marche précédé de la prémonitoire
Les borborygm's à moi, c'est mes tambours.

Y'a des méd'cins qui m'tarit'nt de sporadique
D'autr's plus malins qui dis'nt que c'est pas vrai
Que j'pourrais bien devenir asiatique
Il est morbus, dit l'autr', c'est avéré !
Morbus ou non, je m'en tamponne la prunelle
J'sais pas mon nom, et ça m'donne peu d'tracas
Quand j'étais p'tt, dans la fange paternelle
P'pa m'app'lait "Psitt", maman ne m'app'lait pas.

J'caresse un rêve, c'est d'lâcher la province
J'sens en moi-même des appétits d'noceur
Pour un microbe, aussi bien qu'pour un prince
N'y a qu'à Paris qu'on s'la passe en douceur
Dans les boyaux de la grande Babylone
C'est pas la place qui manque assurément
Y'a bien Pasteur, l'savant qui m'chiffonne
Maos j'aime à croire qu'il s'tiendra gentiment.

Ayez pas peur, Parisiens, mes p'tits frères
Mon but, parole, est simplement d'moffrir
Quelqu's lardeux de gros propriétaires
Qu'aiment pas l'pauv' peupl' et l'font toujours souffrir
Ajoutons-y trois ou quatr' mille concierges
Quelques huissiers curés etc…
Dit's donc, j'crois bien qu'vous y devrez des cierges
A c'brav' petit microbe du Choléra !


 

























Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.
Pied de page